Carrón à El Mundo : « À l’origine de la crise actuelle, il y a la destruction de l’humain. » - Articles

Carrón à El Mundo : « À l’origine de la crise actuelle, il y a la destruction de l’humain. »

Fernando Palmero - Photo : Javi Martínez EL Mundo

13/05/2017

Julián Carrón partage les affirmations de Benoît XVI sur l’origine chrétienne des valeurs qui ont façonné la civilisation européenne à partir des Lumières. Il partage également son diagnostic sur leur échec, à un moment où la clé de voûte de la condition humaine en Occident est l’« effondrement de ces évidences qui, pendant des siècles, ont fondé notre vie commune ». En 2005, à Subiaco, le cardinal Ratzinger constatait que la recherche d’une « certitude rassurante, qui pourrait rester incontestée au-delà de toutes les différences, a échoué ». « Même l’effort grandiose de Kant n’a pas été en mesure de créer la nécessaire certitude partagée. […] La tentative, portée à l’extrême, de façonner les réalités humaines en faisant complètement abstraction de Dieu nous conduit toujours plus au bord de l’abîme, vers un total conditionnement de l’homme. » Carrón commente dans La bellezza disarmata, œuvre riche en érudition et en réflexion éthique, qui s’interroge sur les racines de la crise actuelle : « Nous assistons ainsi à un singulier et significatif renversement : le détachement radical, de la part de la philosophie des Lumières, de ses racines chrétiennes – qui devait assurer une pleine et autonome affirmation de l’homme – “revient, en dernière analyse, à se passer de l’homme” ». (...)

© Fraternità di Comunione e Liberazione. CF 97038000580 / Webmaster / Note legali / Credits