Angelus de la solennité de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie - François

Angelus de la solennité de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

08/12/2015 - Place Saint-Pierre

Chers frères et sœurs, bonjour et bonne fête!

Aujourd’hui, la fête de l’Immaculée nous fait contempler la Vierge Marie qui, en vertu d’un privilège singulier, a été préservée du péché originel dès sa conception. Bien que vivant dans le monde marqué par le péché, elle n’a pas été touchée par celui-ci: Marie est notre sœur dans la souffrance, mais pas dans le mal et le péché. Au contraire, en elle, le mal a été vaincu avant même de l’avoir effleurée, parce que Dieu l’a comblée de grâce (cf. Lc 1, 28). L’Immaculée Conception signifie que Marie est la première sauvée par l’infinie miséricorde du Père, comme prémices du salut que Dieu veut donner à chaque homme et à chaque femme, dans le Christ. C’est pour cela que l’Immaculée est devenue l’icône sublime de la miséricorde divine qui a vaincu le péché. Et nous, aujourd’hui, au début du jubilé de la miséricorde, nous voulons regarder cette icône avec un amour confiant et la contempler dans toute sa splendeur, en imitant sa foi.

Dans la conception immaculée de Marie, nous sommes invités à reconnaître l’aurore du monde nouveau, transformé par l’œuvre salvifique du Père et du Fils et de l’Esprit Saint. L’aurore de la nouvelle création opérée par la divine miséricorde. C’est pourquoi, la Vierge Marie, jamais touchée par le péché et toujours comblée de Dieu, est mère d’une humanité nouvelle. Elle est la mère du monde recréé.

Célébrer cette fête comporte deux choses. D’abord, accueillir pleinement Dieu et sa grâce miséricordieuse dans notre vie. Deuxièmement, devenir à notre tour artisans de miséricorde à travers un cheminement évangélique. La fête de l’Immaculée devient alors notre fête à tous si, avec nos «oui» quotidiens, nous réussissons à vaincre notre égoïsme et à rendre plus joyeuse la vie de nos frères, à leur donner de l’espérance, en séchant quelques larmes et en offrant un peu de joie. A l’imitation de Marie, nous sommes appelés à devenir porteurs du Christ et témoins de son amour, en regardant avant tout ceux qui sont les privilégiés aux yeux de Jésus. Ce sont ceux que lui-même nous a indiqués: «Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi!» (Mt 25, 35-36).

Aujourd’hui, la fête de l’Immaculée Conception a un message spécifique à nous communiquer: elle nous rappelle que dans notre vie tout est don, tout est miséricorde. Que la Sainte Vierge, première des sauvés, modèle de l’Eglise, épouse sainte et immaculée, aimée du Seigneur, nous aide à redécouvrir toujours plus la miséricorde divine comme une caractéristique du christianisme. On ne peut comprendre un véritable chrétien qui ne soit pas miséricordieux, de même qu’on ne peut comprendre Dieu sans sa miséricorde. C’est le mot qui résume l’Evangile: miséricorde. C’est le trait fondamental du visage du Christ: ce visage que nous reconnaissons dans les différents aspects de son existence: quand il va à la rencontre de tous, quand il guérit les malades, quand il s’assied à table avec les pécheurs et surtout quand il pardonne, cloué sur la croix; là, nous voyons le visage de la miséricorde divine. N’ayons pas peur: laissons-nous embrasser par la miséricorde de Dieu qui nous attend et qui pardonne tout. Rien n’est plus doux que sa miséricorde. Laissons-nous caresser par Dieu: le Seigneur est si bon, et il pardonne tout. Par l’intercession de Marie Immaculée, que la miséricorde prenne possession de nos cœurs et transforme toute notre vie.

A l’issue de l’Angélus

Chers frères et sœurs, je vous salue tous avec affection, en particulier les familles, les groupes paroissiaux et les associations.

J’adresse une pensée particulière aux membres de l’Action catholique italienne qui renouvellent aujourd’hui leur adhésion à cette association: je vous souhaite un bon chemin de formation et de service, toujours animé par la prière.

Cet après-midi, je me rendrai place d’Espagne, pour prier au pied du monument dédié à l’Immaculée. Puis, j’irai à Sainte-Marie-Majeure. Je vous demande de vous unir à moi spirituellement dans ce pèlerinage, qui est un acte de dévotion filiale envers Marie, Mère de Miséricorde. Je lui confierai l’Eglise et toute l’humanité, et en particulier la ville de Rome.

Aujourd’hui, le Pape Benoît a lui aussi franchi la Porte de la miséricorde. Envoyons tous d’ici un salut au Pape Benoît!

Je vous souhaite à tous une bonne fête et une année sainte riche de fruits, sous la conduite et par l’intercession de notre Mère. Une année sainte pleine de miséricorde, pour vous et, à travers vous, pour les autres.

S’il vous plaît, demandez cela au Seigneur également pour moi, qui en ai tant besoin! Bon déjeuner et au revoir.


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana

© Fraternità di Comunione e Liberazione. CF 97038000580 / Webmaster / Note legali / Credits